Visiter le Panama : la nature en grand format !

Le Panama vous évoque principalement un canal, voire un chapeau pour amateur de terre battue ? C’est qu’il est temps pour vous d’aller visiter le Panama, ce « petit » pays d’Amérique Centrale qui, à force d’être négligé par les touristes, regorge de secrets bien gardés. Avis aux amoureux de fleurs, de plantes et d’oiseaux en tous genres, nous embarquons pour le Paradis !

A Boquete, oiseaux, volcan et café

Nichée au cœur de la forêt vierge, à l’ouest du pays, Boquete est très réputée pour la douceur de son climat et sa nature préservée. Sacrée capitale panaméenne de l’écotourisme et de l’aventure, la petite ville est le point de départ idéal vers de nombreuses activités :

  • Randonnées sur l’un des innombrables sentiers serpentant dans les montagnes couvertes de forêts
  • Rafting sur des parcours mondialement plébiscités
  • Accrobranche dans la canopée
  • Visite de plantations de café, considéré parmi les meilleurs au monde
  • Relaxation dans l’une des nombreuses sources thermales
  • Ascension du volcan Barù (3 475 m de grimpette, à 15 km à l’ouest de Boquete)

boquete

Les amoureux des animaux ne seront pas en reste : la vallée escarpée dans laquelle se trouve Boquete se prête parfaitement aux randonnées équestres. Et l’immense parc national de Barù est le rendez-vous privilégié de tous les ornithologues – amateurs ou professionnels – venus observer les quetzals.

Taboga, l’île aux fleurs

Située à seulement 20 km au large de Panama City, et à l’entrée du fameux canal, l’île de Taboga est réputée être un enchantement pour les sens, un passage obligé pour qui souhaite visiter le Panama. Evidemment, avec une végétation tropicale luxuriante venant border des plages de sable blanc, Taboga m’a tout l’air d’un paradis sur terre. Cerise sur le pudding, aucune voiture ne circule sur l’île ! Ce qui permet de s’adonner en toute tranquillité aux joies de  :

  • La découverte de la flore locale (bougainvilliers, orchidées, hibiscus…), luxuriante et colorée
  • La plongée sous-marine (la plupart des hôtels mettent palmes, masques et tubas à disposition)
  • La randonnée pédestre, notamment avec l’ascension du Cerro Vigia (307 m) pour un panorama englobant toute l’île
  • La visite culturelle, avec l’église St Pierre, la 2e plus vieille de l’hémisphère
  • La promenade, le nez an l’air, au gré des ruelles colorées de San Pedro

Amateurs d’art, vous pourrez même partir en pèlerinage sur les pas de Paul Gauguin. Le peintre passa en effet quelques semaines sur l’île, subjugué par sa beauté. S’il ne put concrétiser son projet d’y acquérir un terrain, une plaque commémore néanmoins son passage sur l’île.

L’archipel des San Blas, les Caraïbes côté Panama

Si Taboga se trouve dans l’océan Pacifique, l’archipel des San Blas, lui, se baigne le long des côtes caribéennes. Composé de 378 îles (oui, vous avez bien lu !), l’archipel des San Blas est une province autonome, gérée par les Indiens Kuna. Ils y ont conservé leur mode de vie traditionnel, leur culture, leur langue, leur système économique. Ce mode de gestion a permis à l’archipel de se préserver du tourisme de masse et de ses effets néfastes. Se rendre aux San Blas est donc dépaysant à bien des niveaux.  Les habitations y sont construites par les Kuna dans des matériaux et avec des techniques respectueuses de l’environnement.

San-Blas-Panama-1170x500

Côté paysage, je vais emprunter les mots du chanteur Antoine qui a ses habitudes sur l’archipel et qui parle des San Blas en ces termes :  » (…) des îles coralliennes au ras des flots aussi belles que les plus belles îles des Maldives ou des Tuamotu, langues de sable étincelant, plantées de cocotiers caressés par le souffle de l’alizé, et entouré d’eau bleu turquoise. » Ca donne envie, non ? Vous pouvez lire l’intégralité de l’avis d’Antoine sur les San Blas ici.

Quant à moi, je vous laisse, je vais vérifier le prix du vol Paris/Panama City !

A bientôt,

Baptiste

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *