Le parc national Saadani, une destination côtière en Tanzanie

Avec Baptiste, nous avons été il y a deux semaines en Tanzanie, et plus particulièrement au parc national Saadani.

Au début des années 1960, Saadani était une réserve naturelle. Il a été déclaré parc national en 2002, avec une superficie de 1 100 km2.

Étant le seul parc tanzanien à se trouver en bord de mer, il est formé d’un paysage côtier exceptionnel, où la faune terrestre rencontre la faune marine. C’est grâce à la rivière Wami qui traverse la réserve naturelle jusqu’à son embouchure dans l’Océan Indien.

Ses rives sont couvertes de mangroves servant de refuge aux crocodiles du Nil et aux hippopotames. Cela dit, cette réserve de Tanzanie est l’unique endroit où les vacanciers goûteront la joie du safari sur la terre ferme, à bord d’un 4×4, combiné à une croisière en bateau en haute mer ou sur la rivière.

Lors de la navigation, ils observeront une immense variété de faunes ornithologiques composées de martins-pêcheurs, de flamants et de pygargues vocifères, entre autres.

 

Le parc national de Saadani, un bout d’Éden à explorer

Le parc national de Saadani se trouve à 27 km de l’archipel de Zanzibar. Quoique peu connu, ce morceau de paradis mérite pourtant un détour lors des voyages Tanzanie.

Il convient parfaitement aux touristes à la recherche de nouvelles expériences ou d’une formule court séjour.

Pendant qu’ils parcourront des plaines recouvertes de broussailles côtières, ils rencontreront des antilopes, dont les cobs des roseaux en train de brouter de l’herbe verte, ainsi que des girafes qui se régalent de feuilles d’acacias.

Tout au long de la forêt, les passionnés de la vie sauvage contempleront un nombre impressionnant de primates et de ruminants.

Ce sont notamment des buffles, des gnous, des bubales, des phacochères, des grands koudous, des babouins, des élans et des grivets, ainsi que quelques troupes d’éléphants. Et comme les gibiers attirent les prédateurs, avec un peu de chance, les globe-trotters croiseront des lions, des léopards, des hyènes et des chacals à chabraque.

Du côté de l’océan, ils verront des dauphins et des baleines qui effectuent leur migration dans les dédales du détroit de Zanzibar.

À marée basse aussi, lorsque la mer se retire, ils apercevront des tortues vertes qui se dévoilent sur une plage gagnant du terrain. C’est le moment qu’elles choisissent pour repérer l’endroit propice à la ponte de leurs œufs.

 

Les règles à observer durant l’exploration du parc national de Saadani

Puisque les fortes pluies sont monnaie courante en Saadani, il est préférable de s’y rendre de mai en octobre. Ce superbe endroit conquiert de plus en plus d’adeptes au fur et à mesure que sa faune se multiplie.

Excursion en mer, bain de soleil sur un banc de sable chaud, plongée en apnée… Telles sont les activités à combiner aux randonnées dans la réserve animalière. Mais les touristes, conscients du respect de l’environnement, observeront les quelques règles qui régissent le parc national de Saadani.

Quand ils roulent en voiture, ils garderont une distance de sécurité et se contenteront d’observer les animaux, sans les déranger ni attirer leur attention. Et comme le parc ouvre à 6 h du matin et ferme à 18 h, le safari nocturne n’y est pas autorisé.

Par ailleurs, sur la plage, les visiteurs devront être plus vigilants afin de préserver les lieux de ponte des tortues marines et leurs nids.

Re-découvrez notre article sur l’ecotourisme en Tanzanie !

Aurélie

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *